NOUVEL ATELIER: POSER SES LIMITES

La timidité n'est qu'une habitude

Oct 05, 2021

A toutes les personnes qui ont tendance à piquer un fard, virer rouge tomate ou s’exploser les capillaires jugaux, je suis avec vous ! Dès que je devais parler en classe ou devant un groupe, c’était la révolution rouge dans ma tête et sur mes joues. 

La timidité a 50 nuances de rouge mais cette fois, c’est à nous de lui mettre un carton et de la sortir du terrain pour profiter pleinement du jeu.

Être dans le rouge : la timidité

La timidité se décline sur la palette rouge de honte, de confusion, de malaise, de liste rouge pour éviter les contacts et donc le stress.

La timidité est une habitude

Le fait d’être introverti(e) est le besoin de se recharger les batteries seul(e). Le besoin de passer du temps avec soi-même, tranquille (plus ou moins. Perso, j’aime utiliser ce temps à faire des chorégraphies déjantées). C’est un trait de caractère naturel et qu’il est important d’écouter et de respecter.

La timidité, elle, est "apprise" puis devient une habitude.
Et oui, la timidité n’est « qu’une » habitude et comme toute habitude, elle peut être modifiée. Au lieu de tourner dans votre bocal tel un poisson rouge à ressasser « je suis timide, je suis insipide, je suis un bide », pourquoi ne pas changer de bocal et de rengaine ?

Picasso disait : « quand je n’ai pas de bleu, je mets du rouge ».

Vous êtes une œuvre d’art donc si vous avez envie de passer du gros rouge au sang bleu, à vous de jouer. Retrouvez les couleurs de votre noblesse et hardiesse.


Pire, la timidité est une excuse

  • Votre chef vous accuse d’une action qu’il vous avait ordonnée mais le pauvre, il n’a pas toute sa tête (et vous êtes timide) alors vous encaissez sans moufter;
  • Une amie fait une blague douteuse sur un sujet qui vous heurte mais vous ne voulez pas casser la bonne ambiance de la soirée (et vous êtes timide), alors vous attrapez votre téléphone pour voir si le Père Noël a appelé;
  • A la pause-café, un collègue que vous appréciez se fait tailler un short (voire un bermuda vu la longueur des critiques) de manière injustifiée et infondée mais vous restez en silence de peur d’être la prochaine victime sur la liste (rouge)…(et vous êtes timide) 

Vous ne voulez pas agiter le chiffon rouge, plutôt jouer les casques bleus.
Mais ce n’est pas votre faute : vous êtes timide… Quelle aubaine !

Sur le moment, il est bien utile de se réfugier derrière la timidité.
Pas de mots, pas d’accros, pas de bobos.

Mais si vous êtes honnête avec vous et vos émotions, que ressentez-vous tout au fond fond fond de vous ? Comme la culpabilité de n’avoir rien dit, n’est-ce-pas ?

Cette culpabilité, c’est la honte que vous éprouvez envers vous-même :
de ne pas vous respecter, respecter vos valeurs, ni vos véritables pensées.

>> la prochaine fois que vous vous mettrez de côté, prenez un moment pour prendre conscience de ce malaise. Être aware, le premier pas pour changer une habitude.

 
Le rouge et le noir

La timidité prend parfois d’autres couleurs, plus sombres qui se traduisent par des « non ! » intempestifs:
non à la discussion, non aux propositions, non à une nouvelle adaptation.

Nathaniel Branden, l’expert en confiance de soi, explique que ce stade s’assimile à un manque de maturité, de connaissance de soi, tel l’adolescent qui aimerait tellement s’affirmer sans réellement croire en ses capacités et se réfugie vers le "naaaan, j'veux pas. C'est nul".

Prendre conscience, devenir « aware » peut faire peur car c’est déjà un pas vers le différent, l’inconnu. C’est aussi un pas vers une meilleure connaissance de soi qui évitera les pétages de plomb ou les crises (quarantaine, existentielles, d’adolescents éternels).

Vous pourrez fuir et enfuir vos envies et vos désirs pendant un moment mais elles reviendront vous titiller tel le drapeau rouge face au taureau.

>> au prochain « non » éructé automatiquement, posez-vous la question :
Et si vous disiez oui ?

Quels sont les blocages : manque d’assurance, manque d’énergie, mauvais timing… qui se cachent derrière cette attitude timorée dissimulée derrière une couche d’agressivité ?

 

Pour sortir du rouge : Reprendre le pouvoir

 Le pouvoir au sens : pouvoir faire, pouvoir dire, pouvoir passer à l’action, tout ce que la timidité et la confiance en soi détestent : l’action, la concrétisation.


Faire connaissance avec soi-même

Plus vous aurez conscience en votre identité, plus vous aurez confiance en vos capacités.

>> Le fil rouge : prendre le temps de comprendre ce que vous aimez, ce qui vous anime, ce qui vous porte, vous intéresse… L’arc-en-ciel est composé de plusieurs couleurs, tout comme votre âme et votre personnalité. Prenez le temps de les observer et les apprécier.

 

J’ai le droit d’exister, de vivre ma vie

 Le rouge, couleur du sang, de la vie. Après le "aware" vient le "que faire" ?
Verbaliser, exprimer, résister, endurer, assurer.

Nathaniel Branden, encore lui, a demandé à ses étudiants de venir dire devant la classe :
« j’ai le droit d’exister ».
Evidemment, le résultat était désastreux : entre les timides timorées, les timides agressifs, ceux qui n’y croient pas, ceux qui ne savent pas s’ils ont vraiment le droit, ceux qui s'étaient trompés de salle de classe...
Aucun(e) d'entre eux ne semblait être convaincu(e) d’avoir le droit d’être là.

>> Personne ne vous donnera ce droit, c’est à vous de l’accorder.
>> Mais une chose est sûre : oui, vous avez le droit d’exister à votre manière, selon vos critères, de respecter et d’exprimer tout ce qui vous est cher.

 Comme Einstein le conseille : « sois une voix, pas un écho »

 

Faire les choses en rougissant, timidement, mais les faire

Dans ma classe, une autre fille rougissait encore plus que moi car elle rougissait des joues ET du cou. Et pourtant, elle participait aux débats, levait la main, défendait ses idées, avec passion: c’était mon idole ! 

>> Sa devise aurait pu être :
accepter la peur mais malgré tout, passer à l’action car la peur n’empêche pas l’action.
Donc parlez, même si votre voix tremble.  L’important est de participer, de vous exprimer, de partager.

 

Conseils pour passer à l’action

 Rouge de plaisir ou oser vivre SA vie et SES envies

 Comme conseillait Coco Chanel :
«Si vous êtes triste, ajoutez plus de rouge à lèvres et attaquez».
Si le rouge à lèvres n’est pas votre truc, mettez de la musique, des rires, de gens sympathiques, des bonnes ondes… dans ce que vous aimez.

>> Pour en savoir plus sur ce point, l’Ikigai peut être un bon support. Article 


S’affirmer sans heurter : la vie en rose

 Entre révolutionnaires sanguinaires et la Croix-Rouge , il y a un juste milieu.

Mettre de l’eau dans son vin ou du blanc dans son rouge, c’est voir la vie en rose.
Cela laisse à chacun le soin de s’exprimer et d’occuper la place et les couleurs qui lui plaisent.

>> trouver la ligne rouge : celle qui vous permet d’être vous et de vous respecter tout en respectant les autres. Testez, échangez et observez-vous pour trouver cette fameuse ligne.


Alerte rouge : un plan d’attaque

Comment faire peur à la peur :
ACTION !

>> Listez concrètement vos peurs, les situations dans lesquelles votre timidité vous étouffe, vous paralyse puis mettez-vous en situation, allez à la rencontre de vos angoisses et apprivoisez-les, une par une, à votre rythme.

>> Comprendre et trouver les soutiens dont vous avez besoin : trouver votre petite chaperonne rouge (supporter, groupe, coach, …) qui sera là pour vous entrainer, encourager ou menacer quand vous sentirez la peur du grand méchant loup vous tétaniser.

 

 

 Au diable, les blocages 

Soyez Seth, le dieu destructeur de la mythologie égyptienne, le dieu rouge et mettez fin à tout reste de timidité grâce à ces exercices :

 >> Regarder, c’est s’affirmer

Oser regarder les personnes dans les yeux.

Si vous êtes trop mal à l’aise, commencez par regarder entre les yeux, les sourcils, les cils puis au fond des yeux, miroirs de l’âme, pour oser vous connecter aux autres.


>> Hurler, enfin parler plus fort

Dès que je suis mal à l’aise, j’ai l’impression de parler dans un mégaphone alors que les autres pensent que j’ai avalé une sourdine.

Forcez-vous à parler un peu plus fort, même si au début, cela n’a rien de naturel. Cela vous forcera à ouvrir la cage thoracique et à changer votre posture.


>> Affirmation et inspiration

La liste des personnalités, actrices, chanteurs qui sont en réalité de grands timides est longue (Rosa Parks, Abraham Lincoln, Johnny Depp, Jacques Brel, Lady Gaga, Kristen Stewart, même Obama, apparemment…).
En clair, la timidité n’empêche pas la célébrité, enfin, surtout la félicité.

Abusez des affirmations et encouragements pour vous booster.
A répéter tooooout le temps.


>>Sourire

 Dernier point et non des moindres, sourire :

  • aux autres
  • à soi : notez vos succès, encouragez-vous, devenez votre meilleure alliée pour continuer
  • à la vie, car quelle belle aventure même si parfois elle nous donne des coups de chaud…

 

Si vous voulez échanger entre (anciennes) timides ou si votre timidité vous empêche de prendre le micro pendant un karaoké, il est grand temps de me contacter pour une session découverte : lalala

 

Close

Si vous avez besoin de nouveautés,
Si vous avez envie de changement dans votre vie professionnelle,
Si vous cherchez le job de vos rêves,
Ce webinaire est pour vous!