INSCRIPTIONS OUVERTES: A MA JUSTE VALEUR!

5 conseils pour réussir sa vie professionnelle quand on est gentille.

Apr 14, 2021

« Elle est gentille » vous ouvrira peut-être la porte du paradis mais pas forcément, celle du « Board of Directors ». Des loups de Wall street aux carnassiers à la dent longue, en passant par les requins, il ne fait pas bon être trop douillette, enfin douce et gentillette.

Comme disait Al Capone :
“On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul.”

Alors, avant de sortir la grosse artillerie, prenons notre courage à deux mains pour envisager d’autres alternatives. 5 suggestions. 5, comme les doigts de la main.

 

Pouce ! Une pause s’impose

Mère Teresa, en leader d’une grande cause, avait certes le cœur sur la main mais aussi la mainmise sur ses projets. Elle savait autant encourager, être aimable que s’imposer, imposer ses idées, défendre ses convictions.

Gentille ne veut pas dire neuneurie ou niaiserie.
Bienveillance, amabilité, connivence ou bonté, ok.
Bien-pensance, crédulité, complaisance ou puérilité, not ok.

Dans le monde professionnel, c’est d’autant plus vrai : une entreprise n’est pas une œuvre de charité. Les super Performants, les habiles Joueurs, les fins Calculateurs montrent un visage du pouvoir que je ne trouve ni stimulant, ni motivant.

Heureusement, il y a aussi les Leaders inspirants, les généreux Investis, les Décisionnaires respectueux. Toutes ces mains de fer dans un gant de velours prouvent qu’il est possible de respecter des valeurs humaines et de respect, tout en faisant fructifier une entité.
Ce n’est chose aisée, mais c’est possible.

Certes, aux innocents, les mains pleines, mais innocence ne doit pas rimer avec obédience.
Ignorer sa et ses valeur(s), méconnaître ses limites, négliger son inconfort pour ne pas froisser quelqu’un, ce n’est pas de la gentillesse.
Au mieux, c’est de la faiblesse ; au pire, du mépris, pour soi et pour son bien-être.

 

>> déterminer ce qu’être gentille veut dire pour VOUS, selon VOUS et par VOUS.
>> prendre conscience qu’il existe une limite à votre gentillesse.
>> Quelles sont les choses qui ne sont pas acceptables ?
>> A quels moments passez-vous de la gentillesse à la « remise en place » ?

Plus vous serez aware de cela, plus vous pourrez faire rayonner la gentillesse dans le monde.
La vraie bonne gentillesse bien juteuse, pleine de justesse.

 

 

 

Mettre à l’index

Vous connaissez l’index accusateur : les autres sont méchants ; moi, je suis la gentille.
Vouloir rendre le monde plus gentil en le blâmant, c’est se fourrer le doigt dans l’œil.

Inutile de pleurer sur le manque de compassion des autres  
A moins d’en venir aux mains, difficile de les faire changer ou même d’ouvrir le dialogue.
Aussi, au lieu de vouloir mener les autres au doigt et à l’œil, focalisez-vous sur ce que vous pouvez prendre en main et mettre en place.

La gentillesse et le respect sont des valeurs essentielles pour vous :
Cherchez à inspirer au lieu de faire des pieds et des mains pour ouvrir les yeux et le cœur de ceux qui n’en ont pas envie.

Pour cela, gardez votre ligne de conduite. Tout comme les lignes de la main, c’est ce qui vous donnera la direction de votre vie et vos projets.
Souvent, nous surestimons l’impact d’autrui et minimisons notre propre pouvoir.
Vous n’avez pas les mains liées, vos capacités sont bien là, vos envies aussi alors foncez !


>> comment voulez-vous attendre votre but ?

>> Quelles sont les valeurs et les compétences sur lesquelles vous voulez vous appuyer pour avancer ?


Une fois que vous êtes au clair avec ceci, la voix est tracée.
Balayez d’un revers de main vos hésitations, arrêtez d’attendre les bénédictions, votre ambition veut de l’attention.

 

 

Doigt d’honneur

Ce n’est pas une boite de sardines dans laquelle vous travaillez mais une boite de requins ?
Votre concurrence rafle tous les mandats à coups de poudre aux yeux ou autres coups bas ?Oubliez ces petitesses qui vous agressent. Elles ne sont pas de votre niveau.

Être gentille ne veut pas dire « écrasée »… comme une patate.
Faites honneur à vos capacités et vos valeurs.
Elevez le niveau, travaillez vos compétences, maitrisez votre domaine sur le bout des doigts et apprenez à être vue et appréciée.

Soyez gentille avec votre travail, vos dossiers. Traitez-les avec le respect, l’équité et l’amabilité que vous dispensez à votre entourage. Si le monde professionnel vous effraie par sa méchanceté, mettez un point d’honneur à être lumière et à briller. Ni trop, ni trop peu. Mais brillez!

Comme disait Gandhi : soyez le changement que vous voulez voir.

 
>> Quels sont les atouts, les idées, les dossiers que vous maitrisez et qui méritent d’être communiqués ?


Soyez sympa et partagez vos connaissances et vos talents.

 

Passer la b(l)ague au doigt


L’union fait la force.
Sauf devant un fondant au chocolat.

Créez un mouvement : « la ligue des gens sympas ».
Cherchez les mentors qui vous ressemblent et qui veulent donner un coup de main aux gentils.
Cherchez les mentees à qui vous pourrez prêter main forte et avec qui vous pourrez partager vos bonnes pratiques de réussite à la gentille.

C’est en grandissant ensemble, en s’entraidant que la gentillesse gagne ses lettres de noblesse.
Plus nous travaillerons ensemble, plus il y aura des réussites sympathiques, plus être sympa sera automatique.

Cela fait un peu grande secte où tout le monde se passe la bague au doigt mais tendre la main aux autres est la solution pour contaminer les autres de votre gentillesse.
Et à ce virus-là, je lui souhaite une longue et contagieuse vie.


>> qui, dans votre entourage, pourrait vous aider à vous développer tout en restant fidèle à vos valeurs ?
>> De même, qui pourriez-vous aider ? A quelle association voulez-vous prendre part pour faire avancer la science de la bonté ?

Mettez la main à la patte, à la poche, relevez les manches : au boulot !

 

 

 

Mon petit doigt m’a dit

Le grand problème des Grandes Gentilles, c’est qu’elles ne veulent pas parler vilainement.
Or, qui dit manager, dit diriger, discuter, encourager ET recadrer.
Ooooh, comme c’est difficile pour les fans de Bisounours.

Mais là encore, il faut prendre son courage à deux mains et apprendre à se faire entendre et, surtout, à se faire comprendre. L’assertivité sera votre meilleure alliée :
communiquer avec respect et fermeté pour promouvoir la paix et l’efficacité.

Plus vous resterez dans le nébuleux et l’ambigu de peur de blesser quelqu’un ou froisser quelque égo, plus vous avez des chances de blesser quelque fierté ou froisser une dignité.
Gentillesse ne veut pas dire surprotéger les autres, mais être juste et vrai.

Apprendre à communiquer avec bienveillance et honnêteté permet non seulement de faire pousser vos valeurs dans le monde mais vous permet aussi de faire grandir les gens autour de vous.
Même si cela n’est pas naturel ou aisé, avec le temps, vous le ferez les doigts dans le nez

Alors, soyez gentilles, communiquez, expliquez, partagez avec le monde.
C’est ce qui permettra de travailler main dans la main avec toutes les personnes qui vous veulent du bien.

>> avec qui évitez-vous la discussion constructive (et nécessaire) pour le bien-être de votre relation ?
>> Comment aborder cette personne et partager vos ressentis et vos pensées avec empathie ?

 

Je croise les doigts que cet article ait pu vous être utile.
Merci de votre attention et soyez gentilles, abonnez-vous à la newsletter, si ce n’est déjà fait.

Julie, fan des ambitieuses sympathiques

 

Close

Restons en contact via
la newsletter!